Saumur Exposition photos « par un battement d’ailes »

Saumur du 10 juillet au 30 août : Exposition photos « par un battement d’ailes »

Du vendredi 10 juillet au dimanche 9 août et du mardi 18 août au dimanche 30 août 2020
Le Dôme de Saumur accueillera une exposition des photographies Jean-Luc Ronné


Cet été, venez découvrir les clichés du photographe animalier angevin Jean-Luc Ronné au Théâtre Le Dôme, Galerie Loire.. Au gré de ses balades, il profite des animaux en liberté pour les photographier sous leur meilleur angle. Guêpiers, échasses blanches, barges rouges vont vous émerveiller pour cette belle exposition familiale très grand format.

Infos pratiques : Du vendredi 10 juillet au dimanche 9 août et du mardi 18 août au dimanche 30 août 2020 de 14h à 18h au théâtre Le Dôme de Saumur , galerie Loire – Entrée gratuite

Notre repas des Imag’inatoires du 11 juin 2020

Bonjour à tous,
Nous avons passé une belle soirée hier soir malgré des manquants. Contents de se retrouver
Naïck

Bonjour à toutes et tous
Tout d’abord un grand merci à Naïq pour les photos. Ensuite, je vous envoie ci-joint 5 photos prises hier lors de ce dîner. La photo n° 4 manque malheureusement de netteté. Donc, mes excuses.En tout cas, ce fut une belle soirée conviviale. Nous avons été heureux de nous retrouver.Donc, à la semaine prochaine pour le picnic à Tourtenay.Avec nos amitiés

Evelyne et Erik

Merci à Naick et Eric pour les photos. Bonne soirée de retrouvailles.Sympa même si pas facile de discuter avec tout le monde.-Bon week-end.
Amicalement

Patrick Leblanc

Les IMAG’INATOIRES 2020 sont ouvertes

Avec les annulations de toutes les animations culturelles et festives de la ville de Thouars, de cette fin de printemps et début d’été, conséquences de la pandémie au Covid 19.

Le Festival artistique « A VOIR » avec ses expositions de peinture et de photographies dont les Imag’inatoires n’échappe pas à ces mesures de précautions.

Les membres du Photo rail club thouarsais ont voulu relever ce challenge en proposant une exposition Photo virtuelle de leurs travaux de l’année avec une présentation spécifique différente des galeries web classiques qui ils l’espèrent retiendra l’attention des visiteurs de ces  « Imag’inatoites 2020 virtuelles» sur le site du club www.photorail-thouars.fr

Les visiteurs peuvent s’exprimer sur cette exposition en adressant un courriel à l’adresse :photorail.thouars@gmail.com. Une compilation de ces messages sera réalisée et accessible comme un livre d’or.

Merci de relayer ce message à vos contacts pour obtenir une vaste diffusion.

RÉFLEXION

Mustapha Dahleb. L’humanité effondrée et la société ébranlée par un petit machin

Gustav Klimt. Hope. II. 1907-1908. Détail. MOMA. NY

Un petit machin microscopique appelé coronavirus bouleverse la planète. Quelque chose d’invisible est venu pour faire sa loi. Il remet tout en question et chamboule l’ordre établi. Tout se remet en place, autrement, différemment.

Ce que les grandes puissances occidentales n’ont pu obtenir en Syrie, en Lybie, au Yemen, … ce petit machin l’a obtenu (Cessez-le-feu, trêve…).

Ce que l’armée algérienne n’a pu obtenir, ce petit machin l’a obtenu (le Hirak à pris fin).

Ce que les opposants politiques n’ont pu obtenir, ce petit machin l’a obtenu (report des échéances électorales. ..).

Ce que les entreprises n’ont pu obtenir, ce petit machin l’a obtenu (remise d’impôts, exonérations, crédits à taux zéro, fonds d’investissement, baisse des cours des matières premières stratégiques. ..).

Ce que les gilets jaunes et les syndicats n’ont pu obtenir, ce petit machin l’a obtenu ( baisse de prix à la pompe, protection sociale renforcée…).

Soudain, on observe dans le monde occidental le carburant a baissé, la pollution a baissé, les gens ont commencé à avoir du temps, tellement de temps qu’ils ne savent même pas quoi en faire. Les parents apprennent à connaître leurs enfants, les enfants apprennent à rester en famille, le travail n’est plus une priorité, les voyages et les loisirs ne sont plus la norme d’une vie réussie.

Soudain, en silence, nous nous retournons en nous-mêmes et comprenons la valeur des mots solidarité et vulnérabilité

Soudain, nous réalisons que nous sommes tous embarqués dans le même bateau, riches et pauvres. Nous réalisons que nous avions dévalisé ensemble les étagères des magasins et constatons ensemble que les hôpitaux sont pleins et que l’argent n’a aucune importance. Que nous avons tous la même identité humaine face au coronavirus.

Nous réalisons que dans les garages, les voitures haut de gamme sont arrêtées juste parce que personne ne peut sortir.

Quelques jours seulement ont suffi à l’univers pour établir l’égalité sociale qui était impossible à imaginer.

La peur a envahi tout le monde. Elle a changé de camp. Elle a quitté les pauvres pour aller habiter les riches et les puissants. Elle leur a rappelé leur humanité et leur a révélé leur humanisme.

Puisse cela servir à réaliser la vulnérabilité des êtres humains qui cherchent à aller habiter sur la planète mars et qui se croient forts pour clôner des êtres humains pour espérer vivre éternellement.

Puisse cela servir à réaliser la limite de l’intelligence humaine face à la force du ciel.

Il a suffi de quelques jours pour que la certitude devienne incertitude, que la force devienne faiblesse, que le pouvoir devienne solidarité et concertation.

Il a suffi de quelques jours pour que l’Afrique devienne un continent sûr. Que le songe devienne mensonge.

Il a suffi de quelques jours pour que l’humanité prenne conscience qu’elle n’est que souffle et poussière.

Qui sommes-nous ? Que valons-nous ? Que pouvons-nous face à ce coronavirus ?

Rendons-nous à l’évidence en attendant la providence.

Interrogeons notre “humanité” dans cette “mondialité” à l’épreuve du coronavirus.

Restons chez nous et méditons sur cette pandémie.

Aimons-nous vivants !

Moustapha Dahleb est le nom d’auteur du Docteur Hassan Mahamat Idriss

Mars 2020

« C’était en mars 2020..

Les rues étaient vides, les magasins fermés, les gens ne pouvaient plus sortir
Mais le printemps ne savait pas, et les fleurs ont commencé à fleurir, le soleil brillait, les oiseaux chantaient, les hirondelles allaient bientôt arriver, le ciel était bleu, le matin arrivait pus tôt

C’était en mars 2020..

Les jeunes devaient étudier en ligne, et trouver des occupations à la maison, les gens ne pouvaient plus faire de shopping, ni aller chez le coiffeur. Bientôt il n’y aurait plus de place dans les hôpitaux, et les gens continuaient de tomber malades.
Mais le printemps ne savait pas, le temps d’aller au jardin arrivait, l’herbe verdissait

C’était en mars 2020…

Les gens ont été mis en confinement. pour protéger les grands-parents, familles et enfants. Plus de réunion ni repas, de fête en famille. La peur est devenue réelle et les jours se ressemblaient.

Mais le printemps ne savait pas, les pommiers, cerisiers et autres ont fleuri, les feuilles ont poussé.

Les gens ont commencé à lire, jouer en famille, apprendre une langue, chantaient sur le balcon en invitant les voisins à faire de même, ils ont appris une nouvelle langue, être solidaires et se sont concentrés sur d’autres valeurs.

les gens ont réalisé l’importance de la santé, la souffrance, de ce monde qui s’était arrêté, de l’économie qui a dégringolé
Mais le printemps ne savait pas. les fleurs ont laissé leur place aux fruits, les oiseaux ont fait leur nid, les hirondelles étaient arrivées

Puis le jour de la libération est arrivé, les gens l’ont appris à la télé. le virus avait perdu, les gens sont descendus dans la rue, chantaient, pleuraient, embrassaient leurs voisins, sans masques ni gants

Et c’est là que l’été est arrivé, parce que le printemps ne savait pas. Il a continué à être là malgré tout, malgré le virus, la peur et la mort. Parce que le printemps ne savait pas, il a appris aux gens le pouvoir de la vie

Tout va bien se passer, restez chez vous, protégez-vous, et vous profiterez de la vie.

Lisez ceci, répandez le et restez amoureux »Prenez soin de vous car il y a des gens qui vous aiment.

Concours UAICF ouest 2020 à Thouars

Les résultats sont téléchargeable ICI

Le concours s’est bien déroulé dans une bonne ambiance même si quelques résultats et notes ne satisfont pas certains auteurs, mais l’essentiel est de participer !

Pour résumer le classement du club est :

Couleur Papier 4ème avec accès au concours national 2ème série

Noir et Blanc 9ème et dernier

Images projetées 3ème, nous sommes d’ores et déjà qualifié au concours national 1ère série par nos résultats précédent.

Nous essayerons de faire mieux l’année prochaine !

Le blog des photographes du thouarsais